En séance du 5 juin dernier, Madame le Maire Christine Capdeville, a soumis à l’approbation du conseil municipal une motion relative au projet du Val’Tram, devant relier Aubagne à La Bouilladisse. Cette motion, adoptée à l’unanimité, est présentée ci-dessous dans son intégralité.

 

Mes chers collègues,

Vous le savez, la Métropole a pris la décision brutale de renoncer au projet de réouverture de la voie de Valdonne, et d’un Val’Tram destiné à relier sur cette voie, La Bouilladisse à Aubagne.

Pourtant, à quatre reprises, le Conseil métropolitain avait acté sa réalisation, l’inscrivant dans son Agenda de la Mobilité, montrant ainsi toute la légitimité et toute la pertinence de cette réalisation.

Projet structurant et vital pour la mobilité des habitants et pour les aménagements urbains des communes desservies, la remise en service de l’ancienne voie ferrée de Valdonne, aurait permis de diminuer les très nombreux déplacements quotidiens qui s’effectuent en automobiles, ainsi que les embouteillages et les multiples pollutions liés à ces derniers.

Ce projet se révèle par conséquent, d’utilité publique pour l’ensemble des habitants de notre territoire. En permettant de relier le bassin minier au pôle d’échanges d’Aubagne, et par là une liaison ferroviaire vers Marseille, la réactivation de la voie de Valdonne constitue une alternative susceptible de désengorger le trafic autoroutier constamment saturé de l’Est du département, ainsi que notre route nationale, sur laquelle circulent quotidiennement, plus de 30 000 véhicules entre Aubagne et l’agglomération marseillaise.

La Penne est donc directement concernée par la concrétisation, ou l’abandon du projet du Val’Tram. Par ailleurs, la population pennoise ne s’y est pas trompée : elle a répondu massivement, à l’unisson des autres habitants du Pays d’Aubagne, en sa faveur, lors de la téléconsultation organisée par le Conseil de Territoire au mois d’avril dernier. 85% des personnes interrogées se sont déclarées favorables au Val’Tram.

Nous sommes convaincus qu’en supprimant ce projet, la Métropole marseillaise commet une erreur fondamentale dans l’aménagement de notre territoire. Elle commet la faute politique majeure, d’ignorer dans sa politique de transports, les enjeux de santé publique et environnementaux.

Et que propose la Métropole comme lot de consolation ? Les “Métro-Express” : des bus payants, qui emprunteront l’autoroute entre Aix et Aubagne. Totalement hors-sujet, car si les édiles de M.P.M s’étaient un tant soit peu, intéressés à la nature des flux de transports sur notre territoire, ils auraient pris en compte, ce que la téléconsultation a montré, que près de 70% de nos déplacements s’effectuent au sein du Pays d’Aubagne, et plus de 20% vers Marseille.

Ce dont nous avons besoin, c’est donc bien d’un mode de transport local, et capable de manière subsidiaire, d’encourager les alternatives à la route pour rallier Marseille.

Par cette motion, j’appelle le Conseil municipal de La Penne sur Huveaune, à dénoncer avec force et conviction la décision de la Métropole d’avoir stoppé le projet de la voie de Valdonne, et appelle la Métropole à faire preuve de plus de raison et de bon sens ; à écouter les attentes légitimes des habitants de ce territoire : à faire en sorte que sa politique, au lieu de la contrarier, accompagne le sens de l’Histoire.

Mes chers collègues, je vous remercie.

2018-06-08T16:21:58+00:00 Par |Non classé|